Capturer en direct avec Ligthroom

Aujourd’hui, je voudrais vous faire part d’un article relativement détaillé sur l’intérêt de photographier en connectant votre appareil reflex à Lightroom.
Cette article est une traduction issue d’un post de Syl Arena sur son blog PixSylated et dont j’ai le plaisir de vous en faire part en français (L’article original est ici).

Le grand intérêt de photographier en étant connecté à Lightroom
par Syl Arena

Je suis un grand défenseur de la prise de vue en étant connecté à Lightroom. Je trouve en effet que l’envoi des images de mon reflex numérique directement dans Lightroom présente de gros avantages. Et même sur les lieux de prise de vues, je vais connecter mon appareil photo à mon ordinateur portable.Voici un résumé des avantages des « shoots connectés » pour les photographes et leurs clients.

Matériel et logiciels pour les shoots connectés

À l’instar de nombreux photographes, vous pourriez être surpris d’apprendre que vous avez déjà tout (ou plus) le matériel nécessaire pour ces shoots.
  • Le reflex numérique : Presque tout appareil avec un port de données (type USB) et un logiciel de contrôle externe peut être utilisé pour ces shoots.
  • Lightroom : logiciel conçu par Adobe pour répondre aux besoins de la photo numérique. Au cours des six derniers mois, il est devenu l’épine dorsale de mon travail en numérique.
  • Un cable de transfert de données : La plupart des appareils reflex numériques sont livrés avec un câble de transfert de données (type USB) (bien que j’ai depuis longtemps acheté des cables plus long et plus robuste).
  • Un logiciel de contrôle pour appareil reflex : C’est le logiciel par lequel votre ordinateur peut réellement contrôler les paramètres de l’appareil. Canon livre « Canon EOS Utility » avec leurs appareils reflex numériques. Si vous êtes chez Nikon, vous devrez acquérir « Nikon Camera Control Pro 2″ [30 jours d’essai ici]. Si vous êtes chez Olympus, vous devrez obtenir « Olympus Studio » [30 jours d’essai ici].

Quel intérêt allez-vous avoir de shooter en étant connecté à Lightroom ?

  • Evaluer précisément l’exposition : Même si vous photographiez en RAW, l’histogramme de votre appareil photo sur l’écran LCD est dérivé des données JPEG (Dites-vous que c’est une info proche mais pas parfaite). Si vous exposez afin que l’histogramme soit le plus possible à droite sans rien brûler, l’écran LCD de votre appareil photo pourrait être encore trop prudent, alors que l’histogramme de Lightroom est construit sur les données brutes (RAW) et est donc bien plus précis. De plus, il est également beaucoup plus facile à voir. En outre, vous pouvez utiliser le curseur d’exposition de Lightroom pour déterminer l’exposition correcte de votre appareil photo.En effet, lors de l’évaluation une image test dans Lightroom, si vous faites glisser le curseur de l’exposition de 2/3 d’IL afin que l’histogramme se situe juste en dessous du seuil de sur-exposition, vous devez alors augmenter votre ouverture de 2/3 d’IL pour votre prochaine photo (Ex : passer de f/8 à f/6,3). Déclenchez à nouveau et évaluez le nouvel histogramme.
  • Voir la MAP (Mise Au Point) de façon précise : Si vous photographiez avec l’idée d’une profondeur de champ minimale ou très précise, tel qu’en photographie macro ou de cuisine, il est beaucoup plus facile de visualiser immédiatement l’image sur un grand écran plutôt que sur le LCD de l’appareil. Etre capable de faire un zoom 100% juste après la prise de vue est d’une grande aide. Il m’est arrivé de plaisanter en disant que le shoot connecté revient à disposer d’une énorme loupe à l’arrière de mon appareil photo.
L’écran arrière d’un APN (ci-dessus) ou le mode connecté dans LR (ci-dessous) (© Syl Arena)

  • Evaluer la gamme de couleurs pour les sujets critiques : Si vous réalisez des images avec des couleurs critiques qui doivent s’intégrer dans un espace de couleurs réduit (Ex : CMYK pour l’impression de catalogues et de magazines), la méthode shoots connectés permet en temps réel un « soft proofing » (évaluation du rendu de couleurs). Si c’est vraiment important d’obtenir la teinte exacte de la robe rouge de votre client à l’impression, au cours d’un shoot connecté, vous pouvez vérifier si les couleurs de la version imprimable entrent dans la gamme de couleurs CMJN.
  • Créer des noms de fichiers spécifiques au travail : Oubliez les noms comme « _MG_0319.CR2″. Il est facile de configurer automatiquement Lightroom pour renommer vos fichiers lors de leur archivage. « Client_Date_Sujet_0319.CR2″ est beaucoup plus facile à se remémorer dans les jours et les semaines qui suivent la prise de vue. Renommer les fichiers au cours d’une séance permet d’assurer une cohérence entre les images.
  • Ajouter de données détaillée de Copyright : Lightroom intégrera les droits d’auteur et des informations de contact complètes dans vos images importées. Oui, vous pouvez le faire plus tard… mais, le faire automatiquement lors de l’import de images est plus efficace.
  • Ajouter des mots clés spécifiques à la volée : Lightroom ajoutera les mots-clés dès l’import de vos images. Ceci est très utile pour de longues séances photo où vous aurez probablement envie d’afficher pour une évaluation rapide des groupes d’images par thème, note ou un autre critère.
  • Réaliser une duplication immédiate des photos : La plupart des reflex numérique enregistreront vos images sur la carte de l’appareil et en même temps envoyer les images vers l’ordinateur. Ainsi, même sur le terrain, avec rien de plus que votre appareil photo, un câble et un ordinateur portable, vous pouvez avoir une duplication immédiate de vos photos.
  • Travailler en mode connecté sur un portable est bien plus confortable : Si vous shootez à partir de votre portable ou autre installation en ayant votre boitier sur trépied, vous pouvez sauvegarder votre dos en contrôlant l’appareil à partir de votre bureau plutôt que de derrière le trépied. Une fois que la composition réalisée, vous pourrez alors modifier, depuis votre clavier, la vitesse d’obturation, d’ouverture, les ISO, mode de l’exposition, etc.

Quels avantages tirés du shoot connecté pour vos clients ?

  • La confiance du client : Si votre directeur artistique et le client sont sur le plateau, vous pouvez les tenir à distance par une connexion avec un long câble et une configuration de Lightroom permettant de montrer à chaque shoot une image en haute résolution. De cette façon, ils peuvent voir les images sans être debout derrière votre épaule.
  • Un Workflow optimisé : Lors d’un shoot connecté sur le terrain ou en studio, vos clients pourront visualiser les images sur votre moniteur calibré plutôt que sur les leurs (souvent mauvais). C’est d’une valeur inestimable lorsque la couleur des produits est critique.
  • Les comparaisons deux à deux (X/Y) : Vous pouvez faciliter la surcharge intellectuelle de vos clients en présentant seulement deux images candidates à la fois en vue d’en choisir l’une des deux. Ensuite, présentez une autre image en comparaison et choisissez à nouveau la meilleure des deux. Pour les clients qui ne sont pas des éditeurs professionnelle de la photo, il s’agit d’une manière très pratique de sélectionner les meilleurs images.
  • Gardez la trace des sélections du client : Obtenez l’approbation de votre client et notez sa sélection. Être en mesure de réaliser rapidement une galerie des images séectionnées par le client vous aidera vous et votre client à maintenir une cohérence des images prises au court d’une longue séance.
  • Créer des galeries Web rapidement : Avec Lightroom, il est facile de créer et télécharger des galeries Web. Les associés de votre client(ou ses propres clients) pourront passer en revue les photos de la séance via les galeries Web, alors même que la séance est toujours en cours.

Le shoot connecté n’est pas si génial quand :

  • Le sujet est en mouvement : Il y a des limites maximales pour les câbles (USB = 25m avec des extensions actives, Firewire = 36m avec des connecteurs alimentés). Si votre sujet est en mouvement au-delà de la portée du câble, vous devrez faire une plate-forme mobile pour votre ordinateur ou limiter votre rayon d’action.
    • Vous photographiez plus rapidement que l’appareil photo permet de transférer des données : Si vous photographiez comme une mitrailleuse, il est probable que l’appareil ne sera pas en mesure de transférer les données assez rapidement. Dans cette situation, il est possible de faire des photos test (pour l’exposition, …) en étant connecté, puis vous détachez l’appareil et enregistrez vos images dans la carte de l’appareil.

Source de l’article : http://photogeek.fr/

 

A présent je vous invite à voir la vidéo ci-après. Alors certes elle est en Anglais mais si même moi j’ai réussi à comprendre, vous devriez aussi en être capable lol
A noter que le raccourcis clavier mentionné est CRTL + T et permet d’afficher/masquer le panneau de prise de vue.